Programme des cours Une diversité de contenus et d'intervenants pour des objectifs de formation précis

Ces enseignements s’épargnent des mises en contexte triviales (on évite la présentation des éléments qui semblent acquis comme le rapport Brundtland, la Convention sur la Diversité Biologique, la distinction des niveaux de biodiversité, etc.) pour lesquelles les références bibliographiques de base sont indiquées et sont donc considérées comme acquises. En revanche, les thématiques sont systématiquement abordées selon des points de vue variés, scientifique et opérationnel, et les intervenants précisent en préalable de quel point de vue s’effectue leur intervention. De fait, plusieurs intervenants d’horizons variés peuvent proposer des postures contradictoires sur une même thématique ou un même sujet. Le master intègre d’ailleurs une forte composante d’apports scientifiques et de pratiques concernant les méthodes environnementales de la médiation environnementale, de la concertation et de la participation, y compris dans l’approche des sciences participatives.

Références bibliographiques élémentaires

BIBLIOGRAPHIE 2023

1. Récit naturaliste... et un peu plus
• Aldo LEOPOLD, Almanach d’un comté des sables.
• Dan O’BRIEN, Wild Idea.
• David G. HASKELL, Un an dans la vie d’une forêt.
• Geoffroy DELORME, L’homme-chevreuil. Sept ans de vie sauvage.
• Vinciane DESPRET, Autobiographie d’un poulpe et autres récits d’anticipation.

2. Autour de l’écologie et du vivant
• Imanishi KINJI, La liberté dans l’évolution. Le vivant comme sujet.
• Alain PAVÉ, Comprendre la biodiversité́, Vrais problèmes et idées fausses.
• Tom Van DOOREN, En plein vol. Vivre et mourir au seuil de l’extinction.
• Hugh RAFFLES, Insectopédie.
• Christian LÉVÊQUE, Le double visage de la biodiversité, la nature n’est pas un jardin d’Éden.
• David ABRAM. Comment la terre s’est tue. Pour une écologie des sens.
• Vanessa MANCERON, Les veilleurs du vivant.

3. Au sujet de la crise et de la manière de la dépasser
• André GORZ. Leur écologie et la nôtre.
• Anna L. TSING, Proliférations.
• Baptiste MORIZOT, Raviver les braises du vivant.
• Philippe DESCOLA et Alessandro PIGNOCCI, Ethnographie des mondes à venir.
• Marc FONTECAVE, Halte au catastrophisme. Les vérités de la transition énergétique.
• Glen ALBRECHT, Les émotions de la Terre. Des nouveaux mots pour un nouveau monde.
• Corine PELLUCHON, L’espérance, ou la traversée de l’impossible.
• Lisa GARNIER, Psychologie positive et écologie. Enquête sur notre relation émotionnelle à la nature.
• Sophie GOSSELIN et David BARTOLI (2022). La condition terrestre. Habiter la Terre en communs.

4. Sur la stratégie
• Christian MOREL, Les décisions absurdes (I/II/III)
• Maya BEAUVALLET, Les stratégies absurdes
• Eric SINGLER, Nudge management
• François JULLIEN, Traité de l’efficacité
• François JULLIEN, Rouvrir des possibles. Dé-coïncidence, un art d’opérer.

5. Expertise, démocratie, commun
• Philippe ROQUEPLO, Entre savoir et décision, l’expertise scientifique
• Donna HARAWAY, Manifeste Cyborg et autres essais.
• Vandana SHIVA, Reclaiming the commons. Biodiversity, Indigenous Knowledge, and the Rights of Mother Earth.
• Benjamin CORIAT, Le bien commun, le marché et le climat. Réponse à Jean Tirole.
• Rob HOPKINS, Et si… on libérait notre imagination pour créer le futur que nous voulons ?

Programme du Master

Module 1

Naturalité, milieux et fonctionnalités

Découvrir

Module 1. Naturalité, milieux et fonctionnalités

Ce module 1 vise à explorer les questions de biodiversité à travers différentes approches disciplinaires et différents types de milieux. Il s’agit de montrer comment ces questions peuvent être appréhendées dans des disciplines aussi variées que l‘écologie, la géographie, l’économie, mais aussi l'anthropologie, la psychologie ou la philosophie. L’intervention de chercheurs et chercheuses spécialistes de différents types de milieux (littoraux, montagnards, urbains, agricoles, etc.) apporte une réflexion plus précise et spécifique sur ces questions de biodiversité. Le module vise également à apporter des éléments de compréhension sur les interactions entre fonctionnalités écologiques, structures paysagères et aménagement du territoire à travers les questions de connectivité et Trame verte et bleue. Les étudiants seront également formés aux techniques d’inventaires naturalistes et la reconnaissance d’espèces végétales et animales. 

Une table ronde, organisée par les étudiant·es, complète ce module en croisant les points de vue d'acteurs scientifiques et opérationnels autour d'une thématique écologique. La table-ronde de 2023 avait par exemple pour thème la trame noire.

Composante 1 : Approches de la biodiversité

Le module présente les principaux concepts liés à la biodiversité. Il insiste sur la dimension dynamique de la biodiversité du temps long des sociétés au temps court des épisodes exceptionnels (tempêtes, perturbations diverses). L’enseignement propose l’intervention variée d'écologues, géographes, juristes, philosophes, sociologues, permettant d’aborder plusieurs approches de la biodiversité.

Composante 2 : Grands types de milieux

Ce module analyse à partir de différents milieux à forts enjeux les enjeux « naturalistes » liés à la biodiversité et les différents modes de gestion dans les territoires. Il permet la compréhension des interactions entre systèmes écologiques et territoires à travers l'étude des principaux milieux agricoles, forestiers, montagnards, littoraux, urbains.

Composante 3 : Fonctionnalités écologiques

Ce module présente les fondements théoriques de l'écologie du paysage, approche interdisciplinaire entre la géographie et l'écologie qui vise à analyser les interactions entre les structures paysagères façonnées par les sociétés et les processus écologiques. Sont notamment abordées les principes de connectivité du paysage et de réseaux écologiques, ainsi que leur traduction dans la planification du territoire.

Composante 4 : Inventaires naturalistes

Ce module initie les étudiant·aux techniques de collecte et de reconnaissance de la flore et de la faune, dans un objectif de diagnostic écologique. Plusieurs sorties terrain sont organisées au cours de l'année avec des naturalistes.

Module 2

Agentivité, processus et stratégies

Découvrir

Module 2. Agentivité, processus et stratégies

Ce module doit permettre aux étudiants de prendre conscience de la diversité des acteurs de la biodiversité et des enjeux stratégiques de la prise en compte de la biodiversité à différentes échelles, locales à globales, en mettant l’accent sur l’échelle intermédiaire du territoire.

Composante 2.1. Panorama des acteurs et approche stratégique des questions de biodiversité

Les interventions dressent un panorama des acteurs publics et associatifs dans les territoires et présent les principes et fondamentaux de l’analyse stratégique et de la facilitation territoriale. Des représentants d'institutions nationales et de collectivités territoriales complètent ces interventions.

Composante 2.2. Un cadre international renforcé de prise en compte de la biodiversité 

Cette composante s'intéresse aux stratégies et outils publics, ainsi qu'aux nouveaux leviers développés par le monde de la finance pour la prise en compte de la biodiversité.

Composante 2.3. L’intégration de la biodiversité dans les projets des territoires, un processus long et complexe

Différents intervenants professionnels présentent leur expertise relative à l'intégration de la biodiversité dans leurs pratiques à l'échelle des territoires (milieu urbain, parc naturel régional, etc.).

Composante 2.4. Indicateurs et évaluation des projets et de l’action publique et privée

Il s'agit à la fois de comprendre ce qu'est un indicateur et comment il est utilisé dans les politiques publiques environnementale. L'étude de ces indicateurs est menée en s'appuyant sur des études de cas mais aussi en proposant, dans des contextes variés, la mise au point d'indicateurs, y compris pour le suivi des milieux selon leur mode de gestion.
 

Module 3

Mobilisations et engagements

Découvrir

Module 3. Mobilisations et engagements pour la biodiversité

Ce module s’articule autour de trois objectifs. Il doit permettre aux étudiant·es d’identifier la pluralité d’acteurs qui se mobilisent et s’engagent, de manière organisée ou non, pour la biodiversité. Il interroge les différentes façons de se mobiliser, et particulièrement les nouvelles formes d’action qui apparaissent. Enfin, il invite les étudiant·es à s’intéresser aux espaces de mobilisation. Une table ronde, organisée par les étudiant·es, complète ce module en mettant en avant la pluralité d’engagements autour de la biodiversité. En 2023, la table-ronde avait pour thème "Mobilisations et engagements pour l'avifaune" et regroupait des personnalités issues du monde associatif, des sciences participatives et des entreprises.

Composante 3.1. Recherches et démarches participatives

Après une introduction sur l'évolution des pratiques de mobilisations depuis les luttes écologiques jusqu'aux sciences participatives, cette composante aborde la question des jardins privés, comme espaces de mobilisation du quotidien pour la biodiversité. Le rôle des indicateurs pour évaluer sensibiliser à la biodiversité est discuté. Enfin, un focus est proposé sur les mobilisations pour renaturer la ville, entre action collective citoyenne et action publique.

Composante 3.2. Mobilisations écologiques : nouvelles formes d’action

Des intervenants extérieurs apportent leurs retours d'expérience sur les nouvelles formes de mobilisation, en particulier par les approches sensibles et créatives.

Composante 3.3. Facilitation de la gestion du vivant

Des intervenants extérieurs apportent leurs retours d'expérience pour faciliter l’action commune autour de la biodiversité, en particulier dans l'agriculture.

Module 4

Méthodologie et outils transversaux

Découvrir

Module 4. Méthodologie et outils transversaux

Ce module doit permettre aux étudiant.e.s d’une part de s’initier aux méthodes et outils de collecte et d’analyse de données pour répondre à des questions en lien avec la biodiversité et, d’autre part, savoir mettre en forme ces résultats et les communiquer auprès de différents publics. Le contenu des séances s’appuie en partie sur les thèmes abordés dans les grands exercices du Master de manière à mettre en pratique directement les compétences acquises.

Composante 4.1. Systèmes d'information géographique

Formation aux systèmes d’information géographique appliqués à l'environnement. Les séances s’articulent autour de travaux pratiques, complétés par des présentations didactiques, qui sont l’occasion de revenir sur les concepts et notions essentiels à l’utilisation et la compréhension des possibilités d’analyse, de traitement qu’offrent les SIG : Géoréférencement, Requête, Jointure, Analyse vecteur, Analyse raster, etc.

Composante 4.2. Techniques d’enquête et approches alternatives

Formation aux techniques d'enquêtes et à l'analyse lexicométrique. Les étudiant·es mettent en pratique les connaissances acquises dans le cadre du module expérimentation de la démarche en recherche.

Composante 4.3. Statistiques multivariées

Formation aux statistiques multivariées à partir des données collectées par les étudiant·es dans le cadre des projets professionnels et/ou du module expérimentation.

Composante 4.4. Techniques de restitution écrite et orale

Formation à la mise en page des supports de communication (DAO/PAO). Ateliers pratiques d'éloquence. Cours en anglais dans le domaine de l'environnement. Gestion de projet

Module 5

Mises en situation et Grands exercices

Découvrir

Module 5. Mises en situation et Grands exercices

Ce module comprend plusieurs grands exercices tout au long de l'année, permettant aux étudiant·es de mettre en pratique les connaissances et compétences acquises autour de questions d’aménagement, d’enjeux territoriaux en relation avec la biodiversité. Elles et ils se forment ainsi à la gestion de projet collectif, depuis la formulation de la question, jusqu'à la restitution devant les acteurs des territoires. 

Composante 5.1. Ateliers professionnels

L'objectif des ateliers est de plonger les étudiant·es dans une situation professionnelle de diagnostic patrimonial et territorial, en appui à un projet à venir ou déjà en cours, porté par un acteur individuel (entreprise, collectivité, association) ou collectif dans un territoire. Certains ateliers visent à explorer une question innovante (modalités d'ouverture de cimetière au public comme espace vert de proximité, amélioration du potentiel de biodiversité dans des milieux très contraints, comme les gares ferroviaires franciliennes) pour fournir une approche et une méthodologie aux commanditaires. D'autres visent à établir un diagnostic territorial préalable à la rencontre des acteurs de terrain, avec une double approche réflexive et stratégique, afin de les aider dans leurs projets (renouvellement du label grand site de France à Solutré, programme MAB Unesco de la réserve de biosphère à Fontainebleau, etc.).

Au premier semestre, deux ateliers professionnels sont proposés pour l'ensemble de la promotion. Ils regroupent une semaine de terrain, généralement en France, et plusieurs semaines de travail avant et après cette semaine, jusqu'à la restitution finale devant les acteurs. Au deuxième semestre, un atelier, de plus petite taille, est organisé pour les alternant·es uniquement (les étudiant·es  en stage-recherche étant dans leur structure d'accueil à temps plein).

Composante 5.2. Expérimentation

Le cours “Expérimentation” s’adresse aux étudiant·es de la filière “stage / recherche”. L’objectif de cet enseignement est de mener un travail de recherche depuis la formulation d’une question à l’origine de notre étude, jusqu’à la restitution des principaux résultats. Il s’agit de réfléchir ensemble, notamment à travers un travail de terrain approfondi et la rencontre de différents acteurs, à une question de biodiversité sur un territoire donné. Ce cours est également un moment où les étudiantes et étudiants sont invités à dépasser les méthodes dites classiques de techniques d’enquêtes pour s’intéresser à la dimension sensible liée à la biodiversité. En 2023, le travail a concerné la gestion des micro-mammifères en milieu urbain, en association avec le travail de doctorat de Pierre Sachot (LADYSS).

Composante 5.3. Rencontre Bioterre et tables-rondes

Chaque année, les étudiant·es du master Bioterre (en particulier la filière "stage / recherche") conçoivent et organisent un grand colloque autour des questions de recherche au coeur de leur formation, ainsi que plusieurs tables-rondes dans le cadre des modules d'enseignement. Ces exercices leur permettent d'acquérir les compétences de montage et gestion d'un projet de communication (définition de la thématique, recherche et contact d'intervenant, élaboration d'un budget, organisation et animation). En 2024, les Rencontres Bioterre ont pour thème "Le sport et l'écologie : quand deux mondes se rencontrent".

Composante 5.4. Séminaire de recherche

Ce cours s'adresse à la filière "stage / recherche". Il est construit sur la base de séminaires permettant de faire le point sur une question de recherche majeure touchant à la biodiversité. Sont ainsi abordées les questions touchant à l'évaluation de la biodiversité, aux services écosystémiques, aux processus participatifs et aux jeux d'acteurs, aux solidarités écologiques, aux perceptions, ou encore à la psychologie de la conservation.

Composante 5.5. Fiches de lecture

Avant la rentrée de septembre, une liste d'ouvrages est donné aux étudiant·es nouvellement recruté·es. Elles et ils doivent réaliser une fiche de lecture sur ces ouvrages.

Module 6

Biodiversité en ville

Découvrir

Module 6. Biodiversité en ville

Ce module au second semestre doit permettre d’approfondir la place de la biodiversité dans les territoires urbains. A travers les perceptions et représentations, il analyse les situations de coexistence, cohabitation et/ou conflits entre la biodiversité spontanée et sauvage, à la fois floristique et faunistique, et les citadins. La place de la biodiversité dans les opérations de végétalisation en ville est également interrogée, tant du point de vue écologique, technique, que réglementaire.

Composante 6.1.  Cohabitation faune sauvage/citadins

Ce cours vise à questionner les modalités d’accueil de la biodiversité en ville et de la prise en charge de son versant animal. Les interventions de chercheurs et de gestionnaires invitent à interroger les rapports de coexistence, cohabitation ou conflits qu’entretiennent les citadins avec les animaux sauvages. 

Composante 6.2. Végétalisation en ville

Ce cours s’interroge sur les politiques de renaturation urbaine. A travers différents exemples sur les cours d’écoles végétalisées, les micro-forêts urbaines ou les permis de végétaliser, il s’agit de réfléchir aux modalités de transformation de l’espace urbain au profit d’un accueil plus favorable de la biodiversité. Les intervenants incluent des chercheurs, des gestionnaires d’espaces verts et des associations spécialisées.

Composante 6.3. Biodiversité et immobilier

Des interventions de professionnels et des visites sur les chantiers permettent d'explorer comment la biodiversité peut être intégrée dans les projets immobiliers, en discutant des contraintes techniques, réglementaires et les fonctions écologiques associées.

Module 7

Biodiversité et aménagement
 

Découvrir

Module 7. Biodiversité et aménagement

Ce module au second semestre réinterroge les questions de prise en charge du vivant dans les projets d’aménagement en privilégiant une approche territorialisée. L’intervention de professionnels et la visite de sites comme des écoquartiers ou des chantiers permettent d’acquérir des compétences dans l’accompagnement de la réalisation des ouvrages et des infrastructures. Elle donne des connaissances scientifiques et techniques sur les milieux naturels et sur les techniques d’évitement, de réduction et de compensation. 

Composante 7.1. Approche territorialisée des aménagements

Des intervenant·es professionnel·les exposent leurs retours d'expérience sur la  prise en compte de la biodiversité au cours de la mise en place de projets d'aménagement dans des territoires urbains, périurbains ou ruraux.

Composante 7.2. Séquence Eviter, Réduire, Compenser

Les projets d'aménagements doivent prendre en compte des procédures réglementaires d'évitement, de réduction et de compensation des impacts, voire de restauration des milieux. Cette composante vise à présenter plus spécifiquement les procédures réglementaires, ainsi que les méthodes de l’ingénierie écologique mises en œuvre pour agir en faveur d’une restauration écologique.

Composante 7.3. Infrastructures de transport et biodiversité

Les enjeux en matière de gestion de l’environnement et de la biodiversité en fonction de différents types d’infrastructures de transport linéaires comme les routes, autoroutes, lignes ferroviaires et leurs dépendances, mais aussi les installations portuaires et aéroportuaires sont présentés par des intervenant·es du secteur privé et public.

Module 8

Mémoire (d'alternance ou de recherche)

Découvrir

Module 8. Mémoire (d'alternance ou de recherche)

Les étudiant·es en stage ou en alternance, en formation initiale, doivent produire un mémoire de recherche ou d'alternance qui fera l'objet d'une soutenance orale devant un jury. Dans les deux cas, le mémoire vise à problématiser une question en lien avec la biodiversité et avec les missions réalisées dans la structure d'accueil.

Pour les étudiants inscrits en tant que salariés en reprise d’étude, il sera attendu un mémoire visant à organiser une réflexion intégrant les savoirs acquis dans le cursus de cette formation autour de leur expérience. Tous ces travaux donnent lieu à une soutenance publique, sauf restriction particulière qui serait liée à la confidentialité des données traitées.

Les ateliers

Les ateliers répondent à des commandes d'organismes ou d'entreprises. Les étudiant·s sont confrontés directement à des situations de travail en équipe. Ils doivent réfléchir, s'organiser, créer des questionnaires d'enquêtes, réaliser des entretiens, observer, confronter leur point de vue, .... afin au final de restituer les résultats auprès des commanditaires.